Author: Melodie

Géothermie et maillot de bain

Géothermie et maillot de bain

Aller à la piscine en Islande?

L’idée peut laisser circonspect… mais on vous assure qu’il faut tester!

Grace à l’activité géothermique de l’île, vous trouverez de nombreuses piscines d’eaux chaudes en Islande. 

Ces piscines font parties de la culture Islandaise. Si vous voulez rencontrer des locaux, les piscines sont de bons lieux d’échanges et de rencontre. 

Pour quelque chose de plus huppé, les deux spas les plus connus d’Islande sont le Blue Lagoon (https://www.bluelagoon.com/) à côté de Reykjavik et le Myvatn Nature Bath (https://www.myvatnnaturebaths.is) à côté de Myvatn. 

En bref, en Islande il faut penser à emmener son maillot de bain! Ce serait dommage de ne pas en profiter!

Mais pourquoi ces phénomènes géothermiques ??

Quelques explications sur les formations de piscine de boue bouillonnante et de fumerolle… pour les infos sur les volcans islandais cliquez Islande.

Les eaux superficielles froides s’infiltrent jusqu’aux inclusions de magma, et se transforment en vapeur d’eau sous l’effet de la chaleur. La vapeur remonte accompagnée de gaz contenant de l’hydrogène sulfuré qui donne aux eaux chaudes une odeur caractéristique (c’est à dire d’œuf pourri… on vous confirme ça ne sent pas bon). 

Dans les zones de sources chaudes, le mélange d’hydrogène sulfuré avec l’air ambiant donne naissance à des dépôts de soufre (d’une couleur jaune). Près des évents de vapeur se forme des dépôts de silice et de gypse (de couleur blanc et marron). 

Dans les marmites de boue, l’hydrogène sulfuré remonte au travers de l’eau de surface, donnant de l’acide sulfurique. Cette eau particulièrement acide dissout la roche et la terre pour former la boue de ces marmites. 

Vidéo de fumerolle et marmite de boue:

Où voir ces phénomènes en Islande?

Le geyser le plus connu, et qui a donné son nom à tous les autres geysers du monde, est celui de Geysir au sud de l’Islande. La ville peut facilement être rejointe en 1h30 à partir de Reykjavik.

Le landmannalaugar est connu pour ses sources et ses paysages lunaires. A la bonne saison, le lieu peut être rejoint en bus ou en 4×4. Assez facile d’accès mais très prisé…

Kerlingarjfoll et Askja sont des lieux incroyables à visiter. 

Est-ce que c’est plus clair pour vous maintenant?

Traineau à chien – Norvège

Traineau à chien – Norvège


Qui n’a jamais rêvé de partir faire du chien de traîneau dans le Grand Nord ? Ressentir ce que les trappeurs pouvaient ressentir, vivre avec passion les sensations décrites par Jack London ou Nicolas Vanier dans leurs épopées.

Nous voici embarqués en Norvège, dans le parc naturel d’Hardangervidda, sur un lac gelé, pour une aventure découverte du chien de traîneau. A notre arrivée, les chiens sont déjà attelés et n’attendent qu’une chose… le départ ! Le musher nous donne les consignes pour piloter les chiens et pouf, c’est parti !

Les chiens sont heureux que l’heure du départ aie enfin sonnée. Ils déploient une énergie colossale pour avancer le plus vite possible. Pour nous, avec le vent, le froid est mordant (il fait -20 degrés tout de même!). Nous sommes donc heureux de parfois courir à côté du traîneau pour aider les chiens et nous réchauffer un peu.

La sensation de vitesse et cet échange avec les chiens est vraiment grisant. Quand on utilise le « frein » pour ralentir le traîneau, les chiens se retournent vers nous l’air interrogateur « mais que fais-tu ? pourquoi tu freines ? Tu sais que c’est plus dur pour nous de tirer ? », dans les passages difficiles on encourage, on félicite après le franchissement.

Parfois un chien attrape de la neige en même temps qu’il court, ils font ça pour s’abreuver. Dès qu’on fait une pause, les chiens se roulent dans la neige pour enlever leur transpiration et se sécher.

Une fois notre course terminée, tous les chiens reçoivent des félicitations et une caresse de notre part. Ils manifestent alors chacun à leur façon le plaisir de recevoir une récompense. Le musher quant à lui découpe quantité de viande pour nourrir ses athlètes.

Venez vivre l’Xperience en vidéo: https://m.youtube.com/watch?v=ACN09EIAMLk

 

Les aurores polaires

Les aurores polaires

Due à une éruption solaire, l’orage magnétique provoque notamment de sublimes aurores boréales (au pôle nord) ou australe (au pôle sud).

Un véritable cinéma en plein air pour ours polaires mais pas que ! Vous aussi vous souhaitez faire partie de ces gens bienheureux qui ont pu assister au spectacle magique d’une aurore dansante en plein ciel ?

Voici quelques tips pour en observer.

Qu’est-ce que c’est ?

Un afflux de particules chargées du vent solaire est éjecté par le soleil. Cet afflux entre en collision avec le bouclier terrestre que constitue la magnétosphère. Cette collision ce caractérise par un phénomène voiles colorées lumineuses dans le ciel.

Quelle couleur l’aurore polaire?

Généralement verte fluorescente, l’aurore polaire peut parfois révéler d’autres tons pourpres et orange. En réalité, les couleurs varient en fonction des gaz présents dans l’air et de la distance à laquelle se produit le phénomène.

Où peut-on les voir ?

Essentiellement concentrées dans la zone entre 65 et le 75 degrés de latitude, les aurores s’observes en Islande, Alaska, Sibérie, et au nord de la Norvège, Suède, Finlande, Canada.

Quelles conditions pou

r les voir ?

La période de l’année :

De fin septembre à début avril pour l’hémisphère nord.

Les prévisions d’orage solaire :

Le point de démarrage du phénomène des aurores est le soleil. Aujourd’hui des scientifiques et satellites observent 24/7 le soleil… pour notre plus grand bonheur !!

Grace à l’indice Kp la probabilité d’aurore polaire peut être suivi :

  • Prévisions à 3 jours de l’indice Kp pour repérer les spots et l’intensité les plus probables
  • L’indice Kp dans les prochaines heures

Sites internet pour ces prévisions :

www.spaceweather.com

www.swpc.noaa.gov

La météo :

Une fois les deux premières conditions réunies, il faut encore que le ciel soit dégagé pour que l’aurore puisse être admirée ! N’hésitez pas à regarder les prévisions météorologique de la région d’observation, le temps est souvent très variable dans ces régions.

Site de la météo Islandaise : www.verdur.is

Site de la météo Norvégienne et Suédoise : www.yr.no

Nouvelle-Calédonie – Parc Provincial de Rivière Bleue

Nouvelle-Calédonie – Parc Provincial de Rivière Bleue

Avez- vous déjà imaginé un univers ou le sol serait rouge vermillon, l’eau bleu-vert, et la végétation luxuriante ?

Et bien figurez-vous que ce lieu existe ! Au sud de la Grande Terre en Nouvelle-Calédonie sur le territoire de Yaté, s’étend aujourd’hui le Parc provincial de la Rivière Bleue.

Marqué par une « forêt noyée », paysage incongru dû à la construction d’un barrage hydro-électrique en 1958. Une altitude variant de 160 à 1250 mètres. Une hydrographie et des terrains qui induisent cascades, trous d’eau et marmites.

Qu’est-ce qu’on y fait ?

Ce parc est le terrain de jeu idéal pour une sortie en canoë-kayak, une balade naturaliste, une baignade ou pour cheminer sur l’un des nombreux chemins de randonnée dont le fameux NC1 qui traverse le parc.

Carte du parc de Rivière Bleue

Reserve unique de la biodiversité, vous traverserez des paysages allant du maquis minier calédonien à la foret humide. N’hésitez pas à vous arrêter pour contempler et comparer à l’environnement que vous connaissez car ici la majorité des plantes que vous croisez sont endémiques (c’est-à-dire que vous ne les trouverez que dans cet endroit). Partez à la chasse des orchidées et du Kaori géant.

Avec un peu de chance vous croiserez le Cagou, emblème de la Nouvelle-Calédonie (pour plus d’information sur cet oiseau et voire sa photo, clic ici).

Comment fait-on pour y aller ?

A partir de Nouméa, il vous faudra 50 minutes de voiture

infos pratiques:

L’entrée dans le parc est payante, 400 Francs CFP pour les adultes, 200 Francs CFP en tarif réduit et gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Le parc est ouvert de 7h à 17h, la dernière admission est à 14h.

Lien vers le site du parc (clic ici).

Xpédition Islande – Jules Verne

Xpédition Islande – Jules Verne

Au commencement de cette expédition, une envie, un rêve de liberté, une soif de découverte et un roman. L’histoire d’un voyage vers le centre de la Terre mélangeant sciences, aventures et découvertes.

Ce roman, c’est “Voyage au centre de la Terre” écrit en 1864 par Jules Verne. Le résumé? A Hambourg, le professeur Otto Lidenbrock, minéralogiste, fait l’acquisition d’un manuscrit runique Islandais dans lequel il trouve un cryptogramme. A l’aide de son neveu Axel, il parvient à le déchiffrer : il s’agit des révélations d’un alchimiste qui prétend avoir trouvé un passage menant au centre de la terre. Liddenbrock et Axel se rendent immédiatement en Islande où avec l’aide d’un guide, Hans Bjelke, ils gravissent le volcan éteint indiqué par le cryptogramme, et trouvent à son sommet le passage vers les abysses de la Terre. Pour la suite,… nous vous laissons le plaisir de lire ou de relire le livre.

Ce volcan sésame de l’entrée vers les abysses c’est le Snaefell.

Il ne nous en fallait pas plus pour nous inspirer cette expédition! Deux Volcans Islandais portent le nom de Snaefell:

  • L’un à l’est
  • L’autre à l’ouest

L’objectif de cette expedition est donc de faire une traversée est – ouest de l’Islande afin de relier ces deux volcans et de réaliser leurs ascensions.

Comment? En totale autonomie, en saison hivernale, à pied, ski, avec pour seul compagnon une pulka (surnommée pushka).

Les points de départ et d’arrivée sont connus, mais l’itinéraire se fera au grès du relief, des conditions climatiques, et surtout au gré de mes envies.

A bientôt pour le récit de ces Xpériences!